UNHCR Press Release – Kyrgyz human rights lawyer wins UNHCR Nansen Refugee Award

02 October 2019

A lawyer, whose work has supported the efforts of the Kyrgyz Republic in becoming the first country in the world to end statelessness, has been selected as the 2019 winner of the UN Refugee Agency’s Nansen Refugee Award.

Azizbek Ashurov, through his organization Ferghana Valley Lawyers Without Borders (FVLWB), has helped well over 10,000 people to gain Kyrgyz nationality after they became stateless following the dissolution of the Soviet Union. Among them, some 2,000 children will now have the right to an education and a future with the freedom to travel, marry and work.

Statelessness affects millions of people worldwide, depriving them of legal rights or basic services and leaving them politically and economically marginalized, discriminated against and particularly vulnerable to exploitation and abuse.

“Azizbek Ashurov’s story is one of great personal resolve and tenacity,” said Filippo Grandi, the UN High Commissioner for Refugees.

“His commitment to the cause of eradicating statelessness in Kyrgyzstan – an achievement secured in partnership with the Kyrgyz government and others across the country – is a compelling example of the power of an individual to inspire and mobilise collective action.”

As part of the Soviet Union, with no internal borders in place, people moved across Central Asia with internal documentation, acquiring residency and getting married. After the dissolution of the USSR in 1991 and the formation of new states, many people became stranded across newly established borders, often with now invalid Soviet passports or no means to prove where they were born. This left hundreds of thousands of people stateless throughout the region, including in Kyrgyzstan.

Women were disproportionately affected, often left without citizenship after marrying and settling outside of their own state before the dissolution of the Soviet Union and the establishment of new borders. As a result of hereditary citizenship laws, their statelessness was passed onto their children.

Motivated by his own family’s difficult experience of achieving citizenship after arriving from Uzbekistan in the aftermath of the dissolution, Ashurov helped to found FVLWB in 2003 to offer free legal advice and assistance to vulnerable displaced, stateless and undocumented people in the southern part of Krygyzstan.

“I cannot stand still when I see an injustice,” said Ashurov. “Statelessness is injustice. A stateless person is not recognized by any state. They are like ghosts. They exist physically, but they don’t exist on paper.”

“Our role in reducing statelessness is to help people do what they cannot do themselves. We don’t give them citizenship, we give them back a right that they should have had from birth.”

“I realised that if it was this difficult for me, with my education, and as a lawyer, then imagine how hard it must be for an ordinary person,” he said.

As more and more people approached FVLWB for help with citizenship issues, he turned the organization’s focus onto statelessness, working with others to map cases across the country for the first time and setting out to tackle the devastating problem once and for all.

Ashurov and FVLWB formed mobile legal teams which travelled to remote areas of the south of the country to find vulnerable and socially marginalized groups. In their mountainous country, the mobile legal teams relied on a battered four-wheel drive or travelled on horseback.

His close work with the Kyrgyz authorities, including on the launch of a temporary ‘amnesty’ for those without crucial papers, helped large numbers of stateless people to gain citizenship.

“Our main method was to work with the government,” said Ashurov. “We managed to get their attention and make them our friends. We were little warriors – but behind us was a big tank.”

“Similarly to Kyrgyzstan, a number of states in the wider region have initiated campaigns through which some 46,000 stateless people have so far been identified and over 34,500 cases have been successfully resolved to date.”

– ENDS

This Press Release is available here

About UNHCR’s Nansen Refugee Award:

UNHCR’s Nansen Refugee Award honours extraordinary service to the forcibly displaced. Recent winners include South Sudanese surgeon Dr. Evan Atar Adaha, Sister Angelique Namaika from the Democratic Republic of the Congo, and Zannah Mustapha, a lawyer and mediator from Borno state in north-eastern Nigeria.

The award includes a commemorative medal and a US$150,000 monetary prize generously donated by the governments of Switzerland and Norway. In close consultation with UNHCR, the laureate uses the monetary prize to fund a project that complements their existing work.

The Nansen Refugee Award program is funded in partnership with the Swiss Government, The Norwegian Government, the State Council of the Republic and Canton of Geneva, the Administrative Council of the City of Geneva and the IKEA Foundation.

The 2019 Nansen Refugee Award Ceremony

The 2019 Award ceremony will take place on October 7 at the Bâtiment des Forces Motrices in Geneva.

It will feature a performance by Venezuelan singer Danny Ocean and a keynote address by Nadine Labaki, the Lebanese director of the Cannes Jury Prize winner, and Oscar-nominated film, Capernaum. It will be hosted by award-winning South African TV presenter Leanne Manas. Other performers joining them on the night will be Swiss musician Flèche Love and German poets and stage performers Babak Ghassim and Usama Elyas.

About UNHCR

UNHCR, the UN Refugee Agency, leads international action to protect people forced to flee their homes because of conflict and persecution. We deliver life-saving assistance such as shelter, food and water, help safeguard fundamental human rights, and develop solutions that ensure people have a safe place to call home where they can build a better future. We also work to ensure that stateless people are granted a nationality.

For more information about UNHCR, visit https://www.unhcr.org/about-us.html

——————————

02 octobre 2019

La distinction Nansen du HCR pour les réfugiés attribuée à un avocat kirghize défenseur des droits de l’homme

Un avocat, dont le travail a contribué aux efforts du Kirghizistan pour devenir le premier pays au monde à mettre fin à l’apatridie, est lauréat de la distinction Nansen 2019 du HCR pour les réfugiés.

Via son organisation Avocats sans frontières de la Vallée de Ferghana (FVLWB), Azizbek Ashurov a aidé au moins 10 000 personnes à obtenir la nationalité kirghize. Ces personnes étaient devenues apatrides par suite du démantèlement de l’Union soviétique. Il y avait parmi elles quelque 2000 enfants qui ont désormais droit à une éducation et à un avenir, outre la liberté de voyager, de se marier et de travailler.

L’apatridie touche des millions de personnes à travers le monde, les privant de leurs droits légaux ou des services essentiels et faisant d’eux des marginaux politiques et économiques soumis à la discrimination et hautement vulnérables à l’exploitation et aux abus.

« Le parcours d’Azizbek Ashurov témoigne de son extraordinaire détermination et de sa ténacité », a déclaré Filippo Grandi, Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés.

« Son engagement pour la cause de l’élimination de l’apatridie au Kirghizistan – fruit d’un partenariat avec le Gouvernement kirghize et d’autres parties concernées à travers le pays – est un exemple éloquent du pouvoir d’un individu à inspirer autrui pour susciter une action collective. »

Durant l’ère soviétique où il n’existait aucune frontière interne définie, les populations se déplaçaient à travers l’Asie centrale où elles étaient autorisées à résider et à se marier. Après la dissolution de l’URSS en 1991 et la création de nouveaux États, de nombreuses personnes se sont retrouvées bloquées derrière les frontières nouvellement établies, souvent avec des passeports soviétiques désormais sans valeur ou sans justificatif de leur lieu de naissance. Des centaines de milliers de personnes se sont ainsi retrouvées apatrides dans l’ensemble de la région, y compris au Kirghizistan.

Les femmes ont été plus durement touchées, se retrouvant souvent privées de citoyenneté après leur mariage et leur installation hors de leur État de résidence avant le démantèlement de l’Union soviétique et la définition des nouvelles frontières. Étant donné les dispositions légales régissant la nationalité par filiation, leur apatridie a été transmise à leurs enfants.

Motivé par l’expérience pénible de sa propre famille pour obtenir la citoyenneté à son arrivée d’Ouzbékistan après l’éclatement de l’URSS, Azizbek Ashurov a contribué à la création de FVLWB en 2003, offrant une aide et des conseils juridiques gratuits aux personnes vulnérables, déplacées, apatrides et dépourvues de documents d’identité dans le sud du Kirghizistan.

« Je n’arrive pas à tenir en place quand je vois une injustice », dit Azizbek Ashurov. « L’apatridie est une injustice. Les apatrides ne sont reconnus par aucun État. Ce sont comme des fantômes. Ils existent physiquement, mais ils sont invisibles sur le papier. »

« Pour réduire l’apatridie, notre rôle consiste à aider les gens à faire ce qu’ils ne sont pas en mesure de faire tout seuls. Nous ne leur donnons pas la citoyenneté, nous leur rendons un droit qu’ils auraient dû avoir de naissance. »

« J’’ai pris conscience que si ça avait été si difficile pour moi, avec mon éducation et en tant qu’avocat, j’imagine à quel point ce doit être difficile pour une personne ordinaire », dit-il.

Comme des habitants toujours plus nombreux demandaient l’aide de FVLWB pour résoudre leurs problèmes de citoyenneté, il a redirigé le champ d’intervention de l’organisation vers l’apatridie et a travaillé avec d’autres intervenants pour établir la toute première cartographie des cas d’apatridie dans le pays et mettre fin une fois pour toutes à ce problème aux conséquences désastreuses.

Azizbek Ashurov et FVLWB ont établi des équipes juridiques mobiles qui se sont rendues dans des zones reculées du pays pour rencontrer les groupes vulnérables et marginaux. Dans ce pays montagneux, les équipes juridiques mobiles devaient se débrouiller avec un vieux véhicule tout-terrain ou se déplacer à cheval.

Son étroite collaboration avec les autorités kirghizes, notamment pour la mise en place d’une « amnistie » temporaire pour les personnes dépourvues de documents essentiels, a permis à de très nombreux apatrides d’obtenir la citoyenneté.

« Nous avons surtout travaillé avec les autorités gouvernementales », explique M. Ashurov. « Nous avons réussi à attirer leur attention et à en faire nos amis. Nous étions peu de combattants, mais il y avait un gros tank derrière nous. »

« Comme le Kirghizistan, plusieurs États de la région ont lancé des campagnes grâce auxquelles environ 46 000 apatrides ont déjà été identifiés et plus de 34 500 cas ont pu être résolus à ce jour. »

FIN

Ce communiqué de presse est disponible ici

À propos de la distinction Nansen du HCR pour les réfugiés

La distinction Nansen du HCR pour les réfugiés honore des services exceptionnels rendus à des personnes déracinées. Parmi les lauréats, ces dernières années, citons le Dr Evan Atar Adaha, chirurgien sud-soudanais, Sœur Angélique Namaika de la République démocratique du Congo, et Zannah Mustapha, avocat et médiateur de l’État de Borno, dans le nord-est du Nigéria.

La distinction comprend une médaille commémorative et une dotation financière de 150 000 dollars, généreusement financée par les gouvernements de la Suisse et de la Norvège. En étroite consultation avec le HCR, le lauréat utilise ce prix pour financer un projet engagé en complément de l’action déjà menée.

Le programme de la distinction Nansen pour les réfugiés est financé en partenariat avec le Gouvernement helvétique, le Gouvernement norvégien, le Conseil d’État de la République et canton de Genève, le Conseil administratif de la Ville de Genève et la Fondation IKEA.

La cérémonie de remise de la distinction Nansen 2019 pour les réfugiés

La cérémonie de remise de la distinction Nansen 2019 aura lieu le 7 octobre au Bâtiment des Forces Motrices, à Genève.

À cette occasion se produiront le chanteur vénézuélien Danny Ocean, Nadine Labaki, réalisatrice libanaise du film Capharnaüm nominé aux Oscars et gagnant du Prix du jury au Festival de Cannes. La cérémonie sera animée par Leanne Manas, présentatrice TV primée d’Afrique du Sud. D’autres artistes se produiront également ce soir-là, notamment le musicien suisse Flèche Love ainsi que les poètes et comédiens allemands Babak Ghassim et Oussama Elyas.

A propos du HCR

Le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, dirige l’action internationale visant à protéger les personnes contraintes de fuir leur foyer en raison de conflits et de persécutions. Nous fournissons une aide vitale comprenant des abris, de la nourriture et de l’eau, nous aidons à défendre les droits humains fondamentaux et nous élaborons des solutions qui garantissent aux personnes déracinées un endroit sûr où elles peuvent se sentir chez elles et se construire un avenir meilleur. Nous veillons également à ce que les apatrides obtiennent une nationalité.

Pour en savoir plus sur le HCR, consultez https://www.unhcr.org/fr/en-bref.html

{ The UNHCR Broadcast mailbox is used only to distribute UNHCR All-staff messages.This mailbox does not receive replies or messages. For any queries on internal communications please send your mail to: GlobalSD@unhcr.org – La boîte e-mail UNHCR Broadcast sert uniquement à diffuser les messages destinés à l’ensemble du personnel de l’UNHCR. Vous ne recevrez aucune réponse de cette adresse. Pour toute demande de communication interne envoyer votre message à: GlobalSD@unhcr.org }

2019-10-07T15:49:41+00:00